UOH - Psychométrie et Statistique en L2 - 4. Mesurage : logique et usage
Accueil arrow Comprendre arrow Perspective globale arrow 4. Mesurage : logique et usage
4. Mesurage : logique et usage Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Appréciation des utilisateurs: / 36
FaibleMeilleur 
Écrit par Stéphane Vautier   
Index de l'article
1. Introduction
2. Confusions et mystères
3. Le type à la place de la personne
4. Mesurer l'attachement au quartier d'un type
5. Mesurage psychologique et irrationnalité
6. Exercices corrigés
 

5. Mesurage psychologique et irrationnalité

Notre point de départ consistait à exiger l'absence d'incohérence logique dans la démarche scientifique, en particulier dans la démarche du mesurage d'une grandeur psychologique. L'exemple de l'étude de Rioux et Mokoukolo (2004) sur l'attachement au quartier des adolescents nous a permis d'identifier trois types d'incohérence logique et la promulgation de leur dénégation via une doctrine méthologique devenue internationalement dominante depuis la fin de la moitié du XXe siècle (e.g., Danziger, 1990 ; Lamiell, 2003) :

  1. la dénégation de l'impossibilité logique de mesurer une grandeur subjective,
  2. la dénégation du caractère qualitatif et non ordinal de l'espace d'échantillonnage, utilisé à pleine puissance pour décrire les personnes et ensuite remplacé par un autre espace d'échantillonnage composé de scores,
  3. la dénégation des différences individuelles qui existent entre les personnes regroupées sous une catégorie et leur remplacement par la description, nécessairement partielle, du type qui les subsume.

Cette triple dénégation n'est pas gratuite. Elle permet de maintenir, en dépit des difficultés soulevées, le projet de mesurer des grandeurs psychologiques. Une telle attitude pourrait être décrite dans une perspective psychanalytique comme la dénégation du principe de réalité. Curieusement, un argument souvent opposé à la critique que nous avons dévelopée est qu'il n'est pas réaliste de renoncer à la méthodologie mise en oeuvre, de manière exemplaire, par Rioux et Mokounkolo (2004). Mais ce réalisme-là n'a pas grand chose à voir avec l'éthique de la connaissance scientifique, qui refuse en particulier la toute puissance d'un utilitarisme dont les fondements ne sont pas toujours explicites (cf. Canguilhem, 1958).

Il est clairement réaliste de développer une science des réponses aux questionnaires psychologiques, si tant est que les questionnaires psychologiques constituent un mode d'objectivation privilégié en psychologie. Et il est parfaitement réaliste de considérer qu'une science empirique est par définition une science des phénomènes empiriques auxquels elle sait accéder (qu'elle sait décrire).



Dernière mise à jour : ( 27-01-2013 )
 
< Article précédent   Article suivant >

Citation

L'activité du chercheur consiste à formuler des propositions et des systèmes de propositions et à les contrôler de manière systématique. Dans les sciences empiriques, ce sont surtout des hypothèses, des systèmes théoriques qui sont formulés et contrôlés par l'observation et l'expérimentation.
  Popper.
 

Sondage

Pour étudier la statistique et la psychométrie en L2, ce site est...
 
© 2020 UOH - Psychométrie et Statistique en L2
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.